Soeurs de Gethsémani

Accueil

Le Charisme

L’Histoire

La Mission

Avec d’Autres

Les Communautés

Agenda

Bibliographie

Contact

Bienvenue sur notre site !


JPEG - 89.1 ko

Et nous, aux côtés de qui nous tenons-nous ?

« Mon âme est triste à en mourir. Demeurez ici et veillez avec moi. » Ecoutons ce cri que Jésus nous lance aujourd’hui pour demeurer avec Lui.

Demeurez ici ! Ici ? ce sont tous les jardins de Gethsémani dans beaucoup d’endroits de notre monde, de notre entourage... maladie, handicap, chômage, dépression, séparation, divorce, solitude, rejet, mépris, violence, terrorisme, fanatisme, guerre, massacre, persécution, exil, famine et toute autre détresse présente partout y compris dans nos rues, nos quartiers...
Dans la prière qui conduit notre agir, il nous faut être là, tenir, lutter, prier, accompagner, c’est-à-dire demeurer ici dans ces jardins de Gethsémani du monde où tant d’enfants, de femmes et d’hommes sont habités de souffrance et d’angoisse.
Et nous, aux côtés de qui nous tenons-nous ?
En cette veille de prière, demeurons auprès de celles et ceux qui, dans les jardins de Gethsémani d’aujourd’hui, traversent une épreuve et que Jésus rejoint dans leur détresse...

« Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux. Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation »

« Ce n’est pas possible ! » crions-nous parfois intérieurement quand nous devons affronter des événements douloureux, des situations difficiles de la vie familiale, relationnelle, professionnelle. Face à ce qui nous angoisse, la tentation bien humaine du découragement, nous guette « je n’en peux plus ! »...
C’est aussi le cri de Jésus « que cette coupe passe loin de moi ! » . Si la révolte envers Dieu nous envahit « Seigneur, tu ne peux pas m’éviter cette épreuve ? », si la tentation de nous dérober aux appels des autres nous habite « j’ai déjà mes propres soucis ! qu’ils se débrouillent... » , alors, regardons Jésus à Gethsémani.
Lui aussi a eu peur, peur surtout de ne pas pouvoir aller jusqu’au bout de son engagement « Père, s’il est possible que... » Il découvre que, pour avoir vécu et délivré un message d’amour, il risque la mort ! Et pourtant, malgré la peur et l’angoisse, Jésus combat la tentation de tout laisser tomber en puisant, dans la prière vers son Père, la force d’aller jusqu’au bout de sa mission pour qu’à travers sa vie donnée, Dieu réalise son projet de faire triompher l’amour.
Si, dans nos désarrois, voire dans notre suffisance, la tentation est là tout de laisser tomber, de nous passer de Dieu dans notre vie de tous les jours, au travail, à la maison, en famille, dans nos engagements, nos missions, veillons à rester toujours branché en Sa présence et en Son Amour.


Lettre du Niger N°29 Mars 2017

Des Nouvelles du Niger


Gethsémani : pourquoi l’Institut porte-t-il ce nom ?

Fresque réalisée par Monsieur PLESSARD, dans la Chapelle de la Maison-Mère à Mazamet, aujourd hui démolie.Gethsémani est un lieu situé au pied du Mont des Oliviers à Jérusalem : le Jardin des Oliviers.

Dans ce jardin, avant d’être arrêté, Jésus a ressenti l’angoisse, la peur, le rejet, la solitude, l’abandon. Aujourd’hui, tant d’hommes et de femmes vivent « les nuits de Gethsémani ».

Le nom de l’Institut s’enracine dans l’un des aspects majeurs du Mystère de la Vie de Jésus : la solitude et le combat au moment d’ affronter sa souffrance et sa mort.

L’agonie du Christ à Gethsémani est au cœur du mystère pascal. Elle est un combat pour Dieu, un combat pour l’homme, dont l’amour sort vainqueur.

Livre de Vie des Soeurs du Christ à Gethsémani


Contact | Mentions légales | Bibliographie | Plan du site
Soeurs du Christ à Gethsémani - 59 rue Jean Jaurès - 42800 RIVE DE GIER
Une réalisation JUPINFO
22128 visiteurs